Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ma vie entre deux mondes

Difficultés à apprendre la LSF : Et si votre mémoire en était la cause ?


Comme tout apprentissage, la LSF requiert de la compréhension, mais aussi de la mémoire. Me concernant, je retiens assez facilement les signes vus sur papier (livre, carnet…), mais je me suis rendue compte que je ne comprenais pas une personne signante (surtout si elle signe très très vite) car je ne retiens pas les signes et l’ordre de ces derniers.

J’ai donc cherché à savoir pourquoi, même si j’ai une bonne connaissance des signes, je ne comprends pas une personne signante.

Lors d'un apprentissage scolaire, il faut à la fois comprendre pour construire et enrichir sa mémoire sémantique mais aussi apprendre par cœur pour enrichir sa mémoire lexicale (vocabulaire).  La mémoire de travail (à court terme) est au cœur de l’apprentissage car c’est grâce à elle que l’on retient sur l’instant, sur le vif, un mot, un son, un chiffre, une information.

Les différentes mémoires...
La mémoire sémantique (la mémoire des connaissances acquises) et la mémoire épisodique (mémoire d’évènements personnellement vécus) sont deux systèmes de représentation consciente à long terme. La mémoire procédurale (mémoire des acquis par automatisme = parler / marcher / manger / boire/faire du vélo/ nager etc…) permet des automatismes inconscients. La mémoire perceptive est liée aux différentes modalités sensorielles et inclut la mémoire visuelle et auditive. C’est la mémoire des 5 sens pour se souvenir d’un visage, d’une odeur, d’un toucher etc… Elle permet de retenir des images, des sons, des sensations sans s’en rendre compte. La mémoire de travail, elle, est celle de l'instant T, celle du présent où l'on retient les informations dès qu'elles sont dites ou perçues.

Je vous mets ci-dessous un tableau récapitulant les types de mémoire.que l'on peut trouver sur le site 'dys.positif.fr'.

Une mémoire visuelle, mais statique…
A priori, j’ai une mémoire visuelle  de l’écrit, mais pas des gestes. Je me souviens d’une image d’un signe, mais pas de ce même signe fait par quelqu’un. Mon cerveau ne retient que ce qui est statique, mais pas ce qui bouge, ce qui est en action. Je vais retenir une leçon parce que je vais l’écrire pour l’apprendre. Je vais retenir ce que je peux reproduire. Par contre, je mon cerveau ne mémorise pas ce qui bouge. C’est pour cela que pour apprendre les signes, j’ai plus de facilités avec une image. Je peux refaire le signe. Mais j’ai du mal à le reconnaitre parmi d’autres signes d’une phrase signée par une personne.

Un cerveau habitué à entendre…
Cela vient du fait que je n’ai été appareillée que tard (20 ans) et que je me suis toujours aidé de la lecture labiale pour comprendre les sons que j’entendais. J’ai appris seule à lire sur les lèvres, à l’école, car je n’entendais pas les profs. Ceci m’a pris des années. Mon cerveau voit les mouvements des lèvres auxquelles il est habitué, y associe un son. Il est donc habitué à « entendre » et « lire sur les lèvres »,  mais il ne reconnait pas un signe ou une suite de signes.

Mémoire perceptive et mémoire de travail…
L’apprentissage de la LSF est différent car je n’ai pas le soutien de la lecture labiale ou des sons. Et ce sont mes mémoires perceptives et mémoire de travail qui me font défaut. J’ai toujours eu ce problème. Je ne retiens rien d’une explication orale ou écrite si je ne l’expérimente pas, si je ne l’écris pas. Un signe de LSF, je ne peux pas l’écrire, le dessiner. Il est donc évident que je ne peux pas retenir une suite de signes qui forment une phrase. Il aurait fallu que je sois complètement sourde ou que j’apprenne la LSF petite comme langue principale avec un parent sourd. J’aurais fait comme tout enfant qui apprend un mot/signe, une syntaxe en copiant ce qu’il voit.

Des cours aux tarifs exorbitants…
J’ai essayé de prendre des cours de LSF,  mais entre le coût qui est exorbitant (de 25 à 50 € de l’heure) et le format scolaire qui n’aide pas, ça n’a pas fonctionné. Je peux signer parce que je connais les signes, mais je ne comprends pas un sourd qui signe sauf s’il signe très lentement, laissant le temps à mon cerveau d’enregistrer chaque signe.

Bienveillance et empathie…
Ne soyez pas surpris, si comme moi, vous n’arrivez pas à comprendre une personne signante. Si vous êtes dans le même cas que moi, prenez en votre partie et dites-vous qu’il y a pire dans la vie. Personnellement, je signe avec des gens qui font attention à ne pas signer trop vite, des gens qui sont bienveillants et acceptent de répéter leur phrase lentement sans mal le prendre. Pour les autres, je les laisse parler/signer dans le vide et je passe mon chemin.

 

 

Et vous, avez-vous des difficultés à comprendre une personne signante ?

 

Contact mail : foebyblog@gmail.com

 

 

Retrouvez moi sur :

 

Facebook - Foeby Anne
Instagram

ou sur   Pinterest

 

 

 Ma vie entre deux mondes / Maman Malentendante / Education / Audition / Appareils Auditifs / LSF / Langues des Signes Française / Lecture Labiale /Surdité / Sourds / Chronique de ma surdité / Interprète LSF /Cap Emploi /#Astuces/ couple / DIY / déco  / psychologie enfant / enfant/ famille / Maman / Box/ Emma&Chloé / box bijoux / bijoux / pôle emploi / handicap / handicap et pôle emploi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article