Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ma vie entre deux mondes

Chronique de ma surdité 13#Je ne me croyais pas aussi douée.

Il y a quelques semaines, alors que je faisais mes courses, une femme m’a interpellée en me demandant si je m’appelais bien Fabienne (Hé oui, c’est mon prénom…). A ma réponse positive, elle se présente comme une ancienne camarade de classe de primaire. Je la regarde et la reconnais. Nous commençons à discuter et au détour de la conversation, je lui dis « Pardon ? Je n’ai pas bien compris… Je dois mettre mes appareils. Je ne les mets jamais en dehors du travail ». Là, elle me voit mettre mes appareils et  me dit : 

 

 

  • Ah, ma pauvre, tu es malentendante ? ».

Ce à quoi je réponds : « Oui, tu ne le savais pas ? ».

  • Non, depuis quand ?

 

J’entame alors des explications quant à ma surdité et à la fin elle ajoute : « Tu l’as bien caché parce que je suis sûr que beaucoup d’autres ne l’ont jamais su non plus !  C’est vrai que tu étais très discrète. Tu ne parlais pas beaucoup et tu étais toujours avec les mêmes filles. Mais je me souviens que parfois, tu demandais qu’on répète. Même maintenant, ça ne se voit pas si tu ne le dis pas. »

 

Nous avons donc refait le monde selon notre enfance quelques minutes, puis je suis repartie à continuer mes courses. Mais ça m’a trotté dans la tête. A l’époque, elle ne le savait pas et beaucoup d’autres non plus. Je ne me croyais pas aussi douée pour cacher mon handicap. Comme je vous l’ai déjà dit, mon parcours scolaire a été semé d’embûches et j’ai très tôt caché ma surdité pour être acceptée.  Mais je pensais que tout le monde, ou du moins la plupart des enfants, le savaient.  J’ai été à l’école à 5 ans et demi et pendant 6 ans, les enfants qui m’entouraient n’ont rien su. J’ai donc développé, très jeune, la capacité de me fondre dans la masse. Je ne m’en étais jamais réellement rendue compte. Il y a deux jours, j’ai aussi rencontré une autre camarade en sortant de chez moi, qui je suis sûr, ne s’est aperçu de rien. J’avais mes appareils et nous avons donc discuté sans problèmes, sans que j’aborde le sujet.

 

Avec le recul, je m’aperçois que je n’ai pas changé. Si j’accepte mon handicap, en revanche, je le cache toujours surtout au niveau professionnel, très arriéré à ce niveau, et face aux inconnus. Mais cela va changer car, j’ai accepté une interview d’un journal local que je lis toutes les semaines et bien-sûr, mon secret va éclater au grand jour. Cela va être un pas énorme pour moi de révéler ma vie et mon handicap. Mais socialement parlant, je me demande quelle sera la réaction des gens.  Vont-ils réagir comme dans mon enfance à me dénigrer ou auront-ils évolué en acceptant que l’on puisse être handicapée, avoir une intelligence et une vie normale ? Ceci sera l’objet d’un autre article où je tirerais les conséquences de mon passage dans le journal.

 

Enfant, le regard des autres, la société, m’ont forcée à me cacher pour être acceptée. Devenue adulte, je continue inconsciemment de le faire au quotidien par la faute de ces mêmes personnes dont je crains les réactions négatives. Vous me direz que je ne devrais pas m’en préoccuper. Certes oui. Mais c’est cette même société qui a crée l’adulte que je suis aujourd’hui, timide et en manque de confiance. Et quand vous avez passé des décennies à vous cacher… Il est très difficile de s’ouvrir aux autres.

 

 

 

Et vous, continuez-vous inconsciemment à cacher votre surdité ?

 

 

 

 

 

Retrouver moi sur ma page facebook - Foeby Anne

 

 

 

 

 

 

 

Ou sur Pinterest

 

 

 

 

 

 

 

Contact mail : foebyblog@gmail.com

 

 

 

 

Foeby Anne / Ma vie entre deux mondes / Facebook : Foeby Anne / Maman Malentendante / Maman  / Education / Audition / Appareils Auditifs / LSF / Langues des Signes Française / Lecture Labiale / Lire sur les lèvres / Surdité / Sourds / Formation LSF / LSF : Les Animaux / Chronique de ma surdité / ACCEO / Visio Interprétariat / Interprète LSF /Cap Emploi / Astuces / Elle & Lui / #couple / DIY / #déco DIY  / psychologie enfant.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

Bénédicte 03/12/2018 06:58

Bonjour,
Je me présente je m'appelle Bénédicte et j'ai 20 ans et j'ai une surdité de perception moyenne à sévère (surtout sévère du côté gauche) depuis ma naissance, je suis malentendante bilatérale avec plus de 55%, je la decrirais même comme dégénérative. Je ne savais pas que je perdais de l'audition, car on augmantait le volume de mes appareils intentionnellement au fils des années . Pour ma part c'est génétique, de ma grand mère maternelle, ça a sauté une génération avant que ça vienne chez moi et mon petit frère qui souffre de dyphasie, nous sommes les 1ers sourds de la nouvelle génération. Et étant d'origine africaine née en France, je comprends totalement ce sentiment de se cacher, de faire semblant, de crainte, de peur de jugement. Pour ma part ça a commencé depuis mon enfance, je n'avais jamais compris pourquoi je ne comprenais rien lors des discussions, je lisais instinctivement sur les lèvres et c'était pareil pour ma famille qui me pensait, je pense, attardée et la decouverte de ma surdité à l'âge de 7 ans il a fallu que je réapprenne le français avec des orthophonistes pendant 4-5 ans histoire que je sache communiquer convenablement bien du moins assez pour cacher mon handicap et pouvoir tromper tout le monde, tout le monde me pensait guérite d'un mauvais sortilège, pour eux les appareils sont et seront le miracle absolu, alors que nous savons toutes les deux que ça n'aide pas tant que ça, la lecture labiale est un must have !!! On a au moins finalement vu que je n'étais pas autiste ou autre mais seulement malentendante, ça a permis de mettre au clair ma situation inconnue. Mais il a fallu que je camoufle mon handicap qui était vu comme une honte, une disgrâce, on me voyait comme une incapable, on m'avait scellée le destin, qu'il y avait des choses que je ne pouvais pas faire dûe à ma surdité. Inconsciemment, je me suis imprégnée de cette idée et je me suis mise à faire semblant de tout entendre et comprendre pour ne pas passer pour une fille bête mais c'était loupé. Ma famille me rappelait ma condition de femme et que je n'étais pas "assez", qu'aucun homme (africain, je précise) ne voudrait de moi ( ça ne m'étonne pas forcément, chez nous ils sont assez superstitieux vis-à-vis du handicap mais c'est pas grave il y a les relations/couples interraciaux qui sont magnifiques et très heureux????????) Je devais constamment jouer la comédie en pensant que j'allais être plus acceptée par ma communauté et mes amis mais j'avais tort, j'étais certes devenue une vraie actrice mais je n'assumais pas et je faisais tout pour cacher mes oreilles, ma scolarité collège et lycée était compliqué pas à cause de mes notes qui étaient plus que bonnes mais je dirais par le manque d'aménagement surtout pour les épreuces oraux, ce qui était d'autant plus difficile à cause de ma timidité, mais pour eux je n'avais pas besoin de tout ça parce que je m'exprimais bien et donc j'étais assez normale pour ne pas bénéficier des aides (s'ils savaient le nombre d'efforts que j'ai dû faire pour arriver à "entendre" et "m'exprimer" , on ne comprenais pas mon handicap pour eux c'était pas si grave et juste psychologique, je pense qu'ils n'avaient tout simplement pas internet chez eux, ce n'est pas possible autrement????. Et c'est toujours le cas à l'université où je me débrouille comme je peux, je n'ai pas d'aides car encore une fois je suis parfaite physiquement et bonne santé physiquement donc pas d'aide, je ne devrais pas dramatiser mon cas comme m'ont dit certains profs... Je n'ai pas tellement d'amis et le peu d'amis, essaie de compatir même si par moment c'est compliquer pour eux de comprendre ce que je vis au quotidien et eux aussi oublie vite ma surdité, et par moment ne veulent pas se casser la tête à m'expliquer avec le fameux "c'est pas grave" ou "c'était pas important" ou "je te raconterai après" (J'attends toujours ????). J'ai pris cette mauvaise habitude de m'excuser pour tout et rien, c'est resté depuis mes "formidables " années scolaires, j'avais et j'ai
toujours l'impression d'être une gêne...Mais aujourd'hui je me suis prise en main, et je m'accepte mieux comme je suis pcq ce n'est pas de ma faute au final, J'arrive à les montrer sans gêne même si ça n'empêche pas les regards indiscrèts et pointement du doigt de certains ???? ????. Les gens doivent du moins la société doit evoluer pour être plus ouverte vis-à-vis de tous les handicaps et surtout élargir cette notion qui doit cesser de se limiter qu'aux personnes fauteuils roulants (ce n'est ni sympa pour nous et ni pour eux!) pour éviter que la prochaine génération n'ait à souffrir de quelconque complexe comme nous. Aux yeux de ma famille on me voit comme la fille malentendante qui a réussi à être normal et aussi normal qu'une personne "normale", celle qui est rentrée dans le cercle privatisé des entendants (je mériterais un oscar pour ça ????).Si j'avais des enfants plus tard je ferais tout mon possible pour qu'ils soient ouverts sur tout les sujets de sociétés, handicaps, leur faire voir par dessus de tous préjugés, compredre qu'il n'y a pas de limites pour personne et surtout de ne laisser personne leur dire et faire croire le contraire même moi, de les encourager à faire ce dont ils ont envie, juste de vivre sans contradictions mais en faisant preuve de bonté, et au moindre problème je serais là pour eux pour les aider, et les guider comme je pourrais avec tout mon cœur. Depuis que j'ai decouvert ton blog, je me sens mieux, moins de blues, je me sens moins seule, tu es comme une grande soeur et on passe par tous les états avec tes articles du quotidien, c'est une bouffée d'oxygène . Merci beaucoup, sincèrement et je te souhaite de belles choses à vivre avec ta fille et ton mari ???????? et en passant tu es magnifique, aie plus confiance en toi ????
Merci encore et désolée pour le long message bisous ????

Foeby Anne 11/12/2018 11:18

Bonjour Bénédicte,
Bienvenue sur mon blog. Je suis ravie si mes articles peuvent t'aider. Beaucoup de malentendants vivent et ressentent ce que tu ressens. Ce n'est pas une question de nationalité ou d'origine, mais d'empathie et de compréhension de la part de la famille ou des gens en général. Comme je l'ai souvent écrit, nous sommes très en retard en France dans la gestion du handicap. J'ai la chance de voyager et je vois bien les différences avec les autres pays. J'espère que tu vis pleinement ton métier et ta vie aujourd'hui. n'hésite pas à apprendre la LSF et à contacter des associations de sourds. Comme ça, si tu deviens sourde et que tu ne souhaites pas te faire implanter, tu continueras à avoir une vie sociale. N'hésite pas à t'abonner à mon blog et à aller sur ma page facebook, tu pourras voir mes articles sur la LSF. A bientôt et merci de ton commentaire ;-) Bises