Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ma vie entre deux mondes

La galère des otites...

Si vous m’avez suivi  en vacances via Facebook, vous avez vu que mes derniers jours de vacances ont été gâché par une otite très forte.  Certaines d’entre vous pourront s’étonner qu’en tant qu’adulte je puisse avoir des otites, mais tous les porteurs d’intras, eux, comprendront aisément. En effet, il y a trois types d’otites. Les otites internes, moyennes  et les otites externes.

 

L'otite interne est soit une inflammation, soit une infection de l’oreille interne. Cette partie du système auditif est profondément enfouie dans le rocher, derrière la fenêtre ovale qui la sépare de l'oreille moyenne. L'otite interne peut être bactérienne, virale ou inflammatoire.

L’otite moyenne siège au niveau de l’oreille moyenne qui est en communication avec la gorge par un petit conduit, nommé « trompe d’Eustache » grâce auquel les germes infectieux peuvent se déplacer. Une infection de la gorge peut donc se propager à l’oreille par ce conduit, ce qui arrive très souvent chez l’enfant, dont ce conduit est plus court et perméable que celui de l’adulte.

L’otite externe est plus spécifique.  Elle provient de l’humidité et de la macération de l’eau (liquide, savon, lait de toilette)  dans le conduit qui entraine la prolifération de germes normalement présents sur la peau. Il peut aussi s’agir de mini traumatismes liés aux cotons tiges (qui vont bientôt être interdits) et de petites plaies qui s’infectent.
 


 

Ce qu’il m’est arrivé en vacances…

Comme vous le savez j’ai des intras. A cause d’eux, et bien que je les nettoie tous les soirs, j’ai souvent des otites externes car l’appareil prend toute la place dans le conduit et empêche une bonne aération du conduit. L’humidité de toute la journée peut parfois entrainer le développement et  la prolifération des germes et ça finit en otite.  Pendant mes vacances je suis allée à la piscine j’ai oublié de me sécher les oreilles (dont le conduit), ce que normalement je fais toujours. J’ai remis mon appareil ensuite et ça a provoqué l’otite.

 

Ca a mis quelques jours à se déclencher. Et un dimanche, alors que j’étais en famille, j’ai commencé à ressentir une douleur. Comme j’avais des gouttes « aurigouttes » je me suis éclipsée de notre réunion de famille pour en mettre dans mon oreille. Mais au dîner, je souffrais tellement que j’ai été obligée d’aller aux urgences.


4h00 d’attente et un mauvais diagnostique…

Me voilà donc aux urgences de la clinique du pont de chaumes de Montauban où pendant 4h, je me suis demandée pourquoi les gouttes n’avaient pas fait effet. La date était pourtant bonne et le flacon était neuf. Je finis par voir un  médecin qui me confirme une otite externe et me prescrit du polydexa  (pour les infections et exémas du conduit). Je pars à la pharmacie de garde. Il est quasiment minuit et je suis très mal reçue par le pharmacien de garde qui lui me donne du panotil (pour les infections virales et herpès). Vu comment le pharmacien me prend pour une cruche (il fera même une erreur dans mon rendu de monnaie –je préfère penser que c’est une erreur) en me demandant si je « comprends bien » ce qu’il me dit, je n’ose pas lui dire que ce n’est pas le produit prescrit et repars avec.


Les 4 jours suivants….

… Seront un enfer car non seulement, la douleur ne part pas, mais elle s’intensifie à tel point que je dois prendre de l’ibuprofen pour la supporter. Comme je suis à 672 km de chez moi et que je ne veux pas retourner aux urgences pendant 4h00 ou plus, je ne verrai un médecin qu’à mon retour chez moi 4 jours plus tard. Et là…. Quelle n’est pas ma surprise d’apprendre que ce n’est pas une otite bactérienne, mais une mycose attrapée à la piscine du camping. Le panotil étant un antibiotique il a décuplé la mycose. Le médecin de l’hôpital, a confondu un exéma avec une mycose et le pharmacien s’est planté de produit (il ne doit pas savoir lire une ordonnance).  J’aurai dû avoir de « l’auricularum ».


Ca pose question….

Ce n’est pas la première fois que je ressors des urgences avec un mauvais diagnostic (je ne suis pas la seule à en lire les nombreux témoignages sur les forums dédiés), mais là, j’ai tout de même souffert le martyr alors que ça aurait pu m’être évité. Je sais que les hôpitaux souffrent de manque de personnel qualifié, mais ça fait peur tout de même. Si un soit disant médecin n’est pas capable de faire la différence entre différents types otites, je n’ose imaginer la prise en charge lors d’une urgence vitale !!! Ca me pose question !!  Aujourd’hui, ça va mieux grâce à mon généraliste. Merci à lui !

 

 

 

Et vous, avez-vous déjà eut un mauvais diagnostic ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Foeby Anne / Ma vie entre deux mondes / Facebook : Foeby Anne / Maman Malentendante / Maman  / Education / Audition / Appareils Auditifs / LSF / Langues des Signes Française / Surdité / Sourds / Formation LSF / LSF : Les Animaux / Chronique de ma surdité / ACCEO / Visio Interprétariat / Interprète LSF /Cap Emploi / Astuces .

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article