Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ma vie entre deux mondes

Mon évaluation LSF à Visuel LSF à Rouen...

Foeby Anne
Foeby Anne

Je n’ai pas fait d’article cette semaine car je me suis concentrée sur mon évaluation de LSF que j’ai eu hier samedi. Je suis donc retournée à ROUEN avec Chéri qui conduisait (ça m’a fait ça de stress en moins ! Et c’est pas rien !). Nous avons mis 1h30 pour arriver à bon port. Une fois devant les locaux, j’ai remarqué qu’une dame était sur le devant de la porte. Elle a signé et je lui ai répondu. Pour un premier contact, ça m’a permis de voir que je la comprenais et ça m’a aussi permis, de ce fait, de faire baisser le niveau de mon stress.

  • Signer en milliard....

Une fois dans une salle face à elle, j’ai répondu à ses questions en LSF pour me présenter. Elle m’a testée sur les formes, les personnes, les chiffres, l’alphabet, les couleurs, la famille, les heures, les animaux, les métiers, les transports et la nature (nuage, vent, soleil, neige etc..). Concernant les chiffres, elle m’a demandé de lui dire un chiffre en « Milliard ». Oui, vous avez bien lu ! C’était quelque chose comme 290.576.428.014 (je ne me souviens plus de certains nombres à l’heure où j’écris l’article). Sur le coup, il m’a fallut une bonne minute pour ne pas paniquer, me concentrer et me lancer. Car même en Français oral on utilise vraiment rarement de tels chiffres aussi longs !! Mais j’ai tout de même fait une erreur bête quand j’ai signé la première centaine (290), erreur qu’elle a soulignée, ce qui m’a permis de reprendre sans faire d’erreur ensuite. J’étais tellement stressée que j’ai eu beaucoup de mal à me concentrer. J’ai aussi fait une erreur stupide sur l’heure. Par contre, j’avais appris les heures en bougeant la main sur le côté alors qu’il faut la bouger à la verticale. Mais je m’en suis bien sortie. Par contre, je n’avais pas encore appris les animaux, les métiers, les transports et la nature. Elle m’a annoncé à la fin de l’évaluation que je devais les apprendre pour Février prochain. Je vais donc mettre les bouchées doubles ! Elle m’a annoncée que j’avais le niveau A1.1 donc je n’ai pas besoin de faire la première cession. Je suis contente d’avoir ce premier niveau. Ça m’a redonné un peu confiance en moi car j’étais réellement en panique d’être confrontée à un monde de sourds alors que je ne suis que malentendante.

  • Le stress d'être rejetée...

Pourquoi étais-je stressée d’entrer dans le monde des sourds ? En fait, la plus grosse partie de mon stress était dû à l’évaluation. J’avais peur de ne pas comprendre la personne qui serait en face de moi et peur de mal signer et de faire des bêtises. La seconde partie du stress était dû au fait de me retrouver face à des gens qui me rejetteraient. Pourquoi ai-je pensé cela ? Probablement parce que depuis enfant, je me sens rejetée des entendants. Inconsciemment, j’ai probablement fait la même relation avec les sourds, pour qui je suis en quelques sortes « une entendante » puisque j’entends un peu et que je ne signe pas vraiment. Et quelque part, je ne me suis pas tant trompée que ça car voyez-vous, quand je suis arrivée, il y avait des sourds dans la salle principale de l’Association. J’ai dit bonjour en signant. Certains m’ont répondu mais pas les autres qui m'ont ignorée bien que m'ayant vue.

  • Les habitudes sont tenaces....

Mon évaluation avec la formatrice, qui est aussi la Présidente de l’Association des sourds de Rouen, avait lieu à l’étage. Elle a été vraiment géniale. Très humaine. Elle a écrit ce qu’elle voulait me dire, parfois, quand je ne comprenais vraiment pas. J’ai aussi fait de même pour lui expliquer un peu mon vécu dont je ne connaissais pas les signes.

Quand nous sommes redescendue, elle m’a menée vers la porte de la rue et m’a demandé (en signant) si je voyais mon mari. Je lui ai signé que non. Ce n’est que quelques secondes après que je l’ai aperçu m’attendant dans l’abri bus. Je l’ai donc appelé (de vive voix puisqu’il est entendant) pour qu’il vienne me rejoindre. Mais des personnes qui ont assistées à la scène sur le trottoir d’en face nous ont regardé comme si nous étions des idiots. La formatrice n’a pas du les voir ou alors elle a depuis longtemps fait abstraction des regards des entendants, mais moi, je les ai vu et ça a été plus fort que moi, je me suis sentie visée. Ça m’a beaucoup perturbée. J’ai beau essayé de ne pas m’en préoccuper, ça me blesse toujours …. Comme quoi, les habitudes ont la vie dure !

  • Une sensation étrange...

La formatrice a gentiment accueilli Chéri. Puis, elle m’a menée dans la salle principale où il y avait encore plus de sourds qu’à mon arrivée une heure avant pour me présenter l’Association et me donner des brochures sur les activités annuelles. Là aussi j’ai dit bonjour, mais tous parlaient en signes, en m’ignorant totalement (en même temps je ne suis pas la Reine d'Angleterre lol, je n'attire pas l'attention ;-) ) , dans un grand silence et je ne comprenais rien de ce qu’ils disaient. C’est une sensation étrange que de se retrouver dans un contexte où l’on ne sait pas s’exprimer correctement. On voudrait dire des choses, utiliser des expressions courantes, mais on s’aperçoit vite qu’on ne les connait pas et on se trouve dans un grand embarras. De plus, j’avais mis mon appareil et ça m’a fait un drôle d’effet de ne rien entendre. J’ai eu la même impression de film muet que j’ai quand je suis dans un endroit avec des entendants qui parlent mais que je n’ai pas mon appareil. Je vois évoluer les gens, mais c’est comme si je regardais un film muet. Quelque part, j’ai vécu en « avant première » ce que je vais réellement vivre quand je serai complètement sourde. Et ça, je n’y étais absolument pas préparée. Ça m’a fait un coup au cœur et j’avais d’ailleurs les larmes aux yeux quand je suis partie quelques temps après. J’ai du boire de l’eau (j’avais apporté une petite bouteille avec moi) en marchant pour retourner à la voiture car les émotions me submergeaient.

  • Faire partie d'un monde...

Comme je devais acheter un meuble pour la chambre de ma fille à Ikéa, Chéri m’a conduite au magasin et ça m’a fait du bien de retrouver un endroit bruyant (j’ai gardé mon appareil lol !! Une fois n’est pas coutume !). Ça m’a aussi permis de me recentrer sur moi-même. Avec le recul, je me rends compte que je ne suis pas si prête que je le pensais à entrer dans le silence total. Est-ce lié au silence lui-même ou au fait que je me suis sentie exclue des sourds ? Je ne saurais pas le dire. Peut-être un peu des deux…. De ce fait, je pense essayer d’aller plus souvent à Rouen, bien que ça soit loin de chez moi, afin de pratiquer la LSF et de voir si je suis « acceptée ». Et surtout de voir si enfin ce ressenti tenace d’exclusion disparait enfin car cela voudrait dire que je fais partie d’un monde au lieu de vivre entre deux mondes.

Et vous, avez-vous déjà eu la sensation d'évoluer dans un monde inconnu ?

Foeby Anne / Ma vie entre deux mondes / Facebook : Foeby Anne / Maman Malentendante / Visuel LSF / Langue des Signes / Évaluation LSF / Surdité / Exclusion

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article