Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ma vie entre deux mondes

Le côté obscur de la surdité...

Foeby Anne - Source Pixbay
Foeby Anne - Source Pixbay

Aujourd’hui, je souhaitais vous parler du côté obscur de la surdité. Ce côté que les entendants n’imaginent pas. Un côté qui, pour beaucoup de déficients auditifs est un poids au quotidien car il implique une grande fatigabilité.

Ne pas bien entendre est épuisant car mal entendre demande beaucoup plus d'énergie et d'efforts de concentration que ce que ne doit fournir une personne entendante dans une situation équivalente. L’autre jour, je discutais avec la toiletteuse de mon chien, qui vous le savez, est malentendante, et elle m’a confirmé que tout comme moi, elle aussi se sent très fatiguée et stressée certains jours à force de devoir faire des efforts conséquents pour comprendre sa clientèle et communiquer avec son entourage ou ses ami(e)s.

En effet, nous, les malentendants, sommes coincés entre deux mondes (celui des entendants et des sourds). Notre handicap étant invisible, les entendants l’occultent facilement sans avoir la moindre idée des efforts que nous faisons pour comprendre et suivre la moindre discussion, afin de vivre au quotidien un semblant de vie normale qui ne l’est, de ce fait, plus du tout. Le fait de devoir constamment tendre l'oreille provoque aussi des tensions musculaires au niveau du cou et des épaules. Si les entendants regardaient bien ils remarqueraient que nous écoutons avec un regard fixe et une oreille tendue en avant vers l'interlocuteur, ce qui sont autant de signes d'efforts physiques et mentaux pour suivre une conversation.

Il y a quelques temps, j’avais lu, dans un magasine, chez mon ORL que les déficients auditifs souffrent souvent d'insomnies (surtout lorsque les acouphènes sont mal vécus) plus ou moins chroniques ce qui conduit à du surmenage et engendre de la détresse psychologique. A cela, s’ajoute des tensions relationnelles parce que le malentendant donne l'impression d'avoir compris, alors qu'il n'a pas compris, ou bien les proches ont l'impression qu'il ne comprend que ce qu'il veut bien comprendre. Cette croyance enfonce le malentendant encore un peu plus dans son mal-être général. En effet, me concernant, que se soit lors d’un repas en famille, il y a quelques temps ou ma dernière sortie au restaurant, je me suis sentie exclue car je n’arrivais pas à suivre ce qui se disait et dans ces cas là, non seulement je trouve le temps très long mais mon interlocuteur, lui s’agace ou pense que je le snobe carrément.

Quand j’en parle à mes médecins (généraliste ou ORL), ils me servent le discours classique qu’on leur a enseigné à savoir, je dois me ménager des moments de pause, me relaxer, ne surtout pas m’isoler et dire à mon entourage ou mes ami(e)s de « s’adapter »etc… Oui, mais, eux, oublient constamment mon handicap, voire le minimise (elle entend un peu malelle a du mal à entendre). Donc retour à la case départ !

Du coup, je fais comme beaucoup de déficients auditifs, je parle peu de mon handicap, d’une part parce que les gens ne veulent pas « entendre » (et donc comprendre) car ça leur évite de devoir faire l’effort de s’adapter et d’autre part parce que la surdité est encore considérée comme une maladie de vieux. Je dis que je suis malentendante, mais sans entrer dans les détails. Et c’est moi qui m’adapte tout le temps.

Alors, oui, je fais des articles et j’en parle. Je me dis que plus on en parle et plus ça aidera d'autres sourds et malentendants à vivre plus sereinement avec leur handicap avec l’espoir que cela aura pour résultat que l'entourage comprenne mieux, n’oublie plus et s’habitue à s’adapter pour mieux vivre ensemble et sans tensions inutiles, ceci afin de mieux vivre la « malentendance » au quotidien.

Foeby Anne / Ma vie entre deux mondes / Facebook : Foeby Anne / Maman Malentendante / Le côté obscur de la surdité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Stephvlm 01/06/2016 22:50

Desolee pour les messages en double

Foeby Anne 02/06/2016 18:32

C'est pas grave ;-)

Stephvlm 31/05/2016 19:29

Je m y retrouve bcp dans votre article surtout quand vous dites etre coincée entre 2 mondes ! Je suis sourde profonde oraliste et appareillée bilatéralement depuis l âgé de 4 ans et ai vécu une scolarité en intégration sauvage avec les entendants jusque en 3eme puis en ai eu marre et ai voulu suivre une scolarité avec des sourds ( je me disais des personnes comme moi! ) et me suis retrouvée dans un centre de sourds qui étaient plutôt lsf Qu oralistes ...cela n a pas ete facile pr moi meme si j ai appris la lsf avec les élèves. Apres mon bac retour en intégration pour l université . 20 ans après suite à 2 pertes consécutives d audition avec acouphènes qui ont fait que je ne supportais plus qu'une seule prothèse j ai choisi de me faire implanter d une oreille ( l autre oreille avec prothèse auditive )car j avais besoin D entendre un peu étant habituée par le passé et le fait de ne pas partager la musique avec mes enfants m à bcp frustrée et j ai fini apres un certain temps de réflexion par accepter le choix de l implant cochléaire . Ce que je ne regrette absolument pas car tout se passe à merveille pour moi et j ai retrouvé le plaisir de pouvoir écouter la musique à nouveau ainsi quej ai découvert également D autres bruits que je n'avais jamais entendu avec les prothèses auditives ... Je trouve un peu dommage que vous dénigrez l implant cochléaire de cette façon.

Foeby Anne 02/06/2016 18:35

Deux personnes sourdes que je connais dont la toiletteuse de mon chien m'ont parlé d'infection grave mortelle et aussi de "ratage" (implant trop près du cerveau qui a eut pour conséquence mort ou paralysie). Bref, tout ça ne m'attire pas. Et surtout je trouve mon ORL beaucoup trop insistant. Ça en devient stressant au final.

Stephvlm 01/06/2016 22:48

D un autre côté si mon orl n avait pas insiste ( j ai mis 5 ans à réfléchir ! ( y a eu aussi le fait que j ai eu mon 2 eme enfant entre temps ) je ne l aurai peut être pas fait non plus ;-) Dc là je le remercie car il a contribué à mon épanouissement que j avais perdu suite aux pertes auditives ... Et rencontrer des personnes implantées m a aussi pousser à faire ce choix.
Pour les morts je sais que bcp de sourds ( surtout les anti implants ) insistent là dessus mais on ne sait pas trop sur quoi ils se basent . La mort peut aussi venir de pb avec anesthésie ou autres pbs médicaux etc mais n a aucun rapport avec l implant puisque ça peut arriver avec n'importe quelle opération médicale . Bien sûr chacun son choix .

Stephvlm 01/06/2016 22:48

D un autre côté si mon orl n avait pas insiste ( j ai mis 5 ans à réfléchir ! ( y a eu aussi le fait que j ai eu mon 2 eme enfant entre temps ) je ne l aurai peut être pas fait non plus ;-) Dc là je le remercie car il a contribué à mon épanouissement que j avais perdu suite aux pertes auditives ... Et rencontrer des personnes implantées m a aussi pousser à faire ce choix.
Pour les morts je sais que bcp de sourds ( surtout les anti implants ) insistent là dessus mais on ne sait pas trop sur quoi ils se basent . La mort peut aussi venir de pb avec anesthésie ou autres pbs médicaux etc mais n a aucun rapport avec l implant puisque ça peut arriver avec n'importe quelle opération médicale . Bien sûr chacun son choix .

Foeby Anne 01/06/2016 13:34

Bonjour Stephvlm ;-) Je ne dénigre pas l'implant cochléaire. C'est une très belle invention. Ce que je n'aime pas c'est que les ORL et entendants veulent à tous prix implanter les sourds et malentendants. A chacune de mes visites à l'ORL on me demande de me faire implanter. J'ai beau dire non, ils insistent. De plus, ce n'est pas anodin comme opération. Il y a des risques et il y a eut des morts. Je pense que chacun a le droit de le faire ou de ne pas le faire. Mais les ORL n'ont pas à obliger les gens. Mais sinon, c'est une belle avancée technologique. Je ne le nie pas. ;-)