Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ma vie entre deux mondes

La toiletteuse sourde de mon chien… Que du bonheur !

Foeby Anne
Foeby Anne

J’ai un adorable petit chien blanc qui, comme tout Westie (West Highland white terrier) autrement dit le chien de la pub « Cesar », a besoin d’être toiletté sinon il ressemble à un Bobtail version mini !! C’est certes pratique car ça fait office de balaie à poussière, mais pour le coup, il ne ressemble plus vraiment à un Westie.

Tous les deux ou trois mois, je prends donc rendez-vous avec ma toiletteuse à domicile. Cette dernière est sourde. Je l’ai connue via un article de presse parlant d’elle. J’ai tout de suite accrochée. Le fait qu’une jeune femme sourde soit indépendante professionnellement m’a donné envie d’essayer. Et depuis, je l’ai gardé. L’avantage d’un toilettage à domicile est que le chien est moins stressé car il est dans son milieu naturel. Ce qui n’est pas le cas dans un salon de toilettage

Comment fait-elle pour gérer ses rendez-vous et ses prestations ?

Pour commencer dans l’article que j’ai lu il était bien spécifié qu’elle était sourde et qu’il fallait la contacter via son mail ou son portable (par texto). Quand on l’appelle, on laisse un message et sa mère rappelle. Personnellement, je la contacte par texto. Nous convenons donc d’un jour et d’une heure.

Le jour « J », elle sonne (même si elle sait que je n’entends pas la sonnette) et comme je la guette, je vois qu’elle est là et je l’accueille. Nous nous parlons en lisant sur les lèvres l’une de l’autre. Elle est appareillée et oralise. Elle installe son matériel et nous discutons pendant qu’elle s’occupe de mon chien. Il y a des loupés, forcément, car concentrée sur mon chien, elle ne voit pas tout ce que je dis et il en est de même pour moi. Mais dans l’ensemble on se comprend assez bien. Elle est très douce avec les animaux et très professionnelle. J’ai toujours l’impression que mon chien ressent quelque chose de familier car quand elle fait sa tête, elle se place donc face à lui, il la regarde avec une douceur incroyable.

A la fin du toilettage, je lui propose toujours une collation car mon chien n’est pas une sinécure, il bouge beaucoup et ne se laisse pas faire. Donc, elle la mérite amplement, croyez-moi et c’est aussi un moment d’échange que j’apprécie énormément.

Son combat

Un jour que nous discutions, elle m’a raconté que pour faire ce métier, elle avait énormément galéré. Quelque soit l’organisme auquel elle s’adressait, on lui adressait une fin de non recevoir à cause de sa surdité. Beaucoup lui on dit que les clients trouveraient trop compliqué de la contacter, qu’ils ne seraient pas à l’aise avec elle. Bref, elle allait droit dans le mur. Elle a dû s’accrocher et montrer qu’ils avaient torts. Ce qui est tout de même un comble ! Dès qu’une personne ne rentre pas dans le moule auquel la société se réfère, on lui barre le chemin. Comme si, seules les personnes sans handicap ou maladie avaient le droit de se former et de travailler. On est tout de même en l’an 2000 ! Après, ils viennent pleurer et jouer les hypocrites sur les plateaux télé pour demander des fonds. Bref, elle a fait sa formation et obtenu son diplôme. Aujourd’hui, son agenda ne désemplit pas, comme quoi, une personne handicapée peut très bien être indépendante financièrement et professionnellement n’en déplaise à la société bien pensante.

Et la LSF dans tout ça…

Aujourd’hui, j’ai abordé la question de la LSF avec elle. Je lui ai expliqué que j’apprenais cette langue toute seule puisque je ne trouvais personne pour me l’apprendre. Elle n’a pas été étonnée. Elle m’a expliqué qu’elle-même avait dû suivre une scolarité normale dans une école classique car la seule école avec LSF était à 3h de route de chez elle. Elle m’a confié que la LSF disparaissait à nouveau car les ORL, éducateurs et enseignants faisaient le forcing pour que les sourds soient appareillés et qu’ils oralisent, même dans les écoles spécialisées. Étrangement, cela ne m’a pas surpris. Et je comprends mieux le mal que j’ai à trouver une formation en LSF. Elle-même ne la parle pas beaucoup. Mais il faut dire qu’elle vit dans mon département qui est un désert en termes d’infrastructures de la surdité.

Les Implants et leur danger…

Dans les médias et chez les médecins, la grande mode est à l’implant cochléaire. On vous brosse le tableau d’une grande avancée technologique avec une vision idyllique de l’opération et de « l’après ». Mais on ne vous parle pas des risques. Ma toiletteuse m’a parlé de connaissances à elle, qui s’étaient fait implantés et qui en étaient morts ! Alors, vous allez me dire que toute opération comporte des risques, oui, je suis d’accord, mais là, ces personnes sont décédées 3 mois après ou dans les jours qui ont suivis, soit à cause d’infection, soit à cause de complications liées à l’intrusion de ce corps étranger très près du cerveau. Étrangement, cette partie là, reste de l’ordre du non dit. On n’en parle pas. En attendant, des personnes meurent. Ce n’est donc pas aussi anodin que les ORL le font croire. Personnellement, je n’ai toujours pas envie de me faire implanter.

Une professionnelle charmante et talentueuse…

En conclusion, je dirais que je suis ravie d’avoir trouvé une professionnelle charmante et talentueuse, qui comme moi, s’est battue pour être indépendante et démontrer aux entendants que nous pouvons très bien nous assumer malgré toutes les embuches qu’on met sur notre chemin. C’est tout de même pénible, cette vision que les entendants ont de nous et des problèmes que ça poseraient s’ils embauchaient un malentendant ou sourd. A qualifications égales, ils embauchent un « non handicapé ». Ils font semblant de compatir, font des films ou de séries nous mettant en scène, mais ne veulent surtout pas de nous dans la réalité et nous forcent à nous soumettre à leur dictats.

Qu’est-ce, sinon de l’hypocrisie !!!

Foeby Anne / Ma vie entre deux mondes / Facebook : Foeby Anne / Maman Malentendante / La toiletteuse sourde de mon chien

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Laure 13/04/2016 14:22

bravo à la toiletteuse! en effet on doit prouver deux fois plus que les autres, que malgré notre surdité, nous pouvons exercer un métier indépendant...

Foeby Anne 13/04/2016 14:32

Bonjour Laure ;-) Oui, en effet, c'est pénible d'ailleurs de devoir prouver nos capacités.